Psychothérapie Conseil RH

Calendrier

Calendrier des intensifs "Qui suis-je" 2019

2019-1             Du Mercredi 10 avril au Dimanche 14 avril 2019 dans le Périgord Agenais

2019-2             Du Vendredi 23 août au Mercredi 28 août 2019 dans le Périgord Agenais ou à Laroque Timbaut

2019-3             Du Mercredi 20 Novembre au Dimanche 24 Novembre 2019 en Extremadura (España)

 

Tarifs                550 € pour les membres IFC (Institut Français de Clarification),

                           610 € pour les non-membres IFC

 

Hébergement  70€ /jour

Calendrier des Surrender 2019

  • du lundi 6 mai au mardi 7 mai, Workshop Clarification animé par Véronique Cherki et Lawrence Noyes
    180 €  
    pour les membres de l'IFC, 220€ pour les non membres

  • du mercredi 8 mai au dimanche 12 mai, Surrender avec Lawrence Noyes 
    490 €  pour les membres de l'IFC, 530€ pour les non membres

  • Surrender + Workshop
    630€ pour les membres de l'IFC, 710€ pour les non membres

 

Hébergement : 70€ / jour.    

Lieu : région d'Agen

 

La relation d'aide

Dans la relation d'aide il y a rencontre et communication entre deux individus en tant que personnes. La personne constitue ce qu'il y a d'unique, d'irremplaçable chez l'homme, tout ce qui n'est pas déterminé par son hérédité biologique, par son appartenance à un milieu social, tout ce qui se soustrait à l'influence du monde extérieur.

Si la relation dans son acceptation dynamique et évolutive implique des échanges entre les interlocuteurs et exclut la prédominance de l'un sur l'autre, les rôles y sont cependant bien distingués. Le mot "aide" définit l'action que doit avoir le thérapeute et il est spécifié que le client est au centre de la relation. Ce sont ses besoins qui sont déterminants, c'est lui qui donne la direction à suivre, c'est lui qui fixe le but qu'il souhaite atteindre.  

Le thérapeute qui veut offrir une relation d'aide avec l'objectif de favoriser le changement et la croissance chez son client doit faire preuve essentiellement d'une qualité qui est appelée "empathie". Il s'agit là d'une disponibilité, d'un engagement affectif à l'égard de l'autre que l'on peut presque appeler une "attitude d'amour", amour où toute notion de possession, de dépendance et de manipulation serait exclue. Le thérapeute doit faire abstraction de son propre système de valeurs et éviter de porter un jugement, s'abstenir d'interpréter ou de diagnostiquer. Il doit essayer de comprendre son client, ses sentiments, ses croyances, ses attitudes par rapport à son cadre de références et d'en saisir la signification pour lui souvent inconsciente. Il doit pénétrer l'univers de l'autre et acquérir cette compréhension de "l'intérieur" sans exercer une influence directive sur l'orientation de sa recherche. Cette pénétration dans le monde intime de son client ne doit pas être perçue par celui-ci comme une menace mais comme une confirmation positive, comme une considération inconditionnelle de la personne qu'il est intrinsèquement. 

La relation établie sur la base d'une compréhension empathique est un processus dynamique. L'attitude empathique du thérapeute doit aider le client à mieux connaître ses sentiments, à faire davantage confiance en son expérience, à découvrir qui il est au fond de lui- même, à accepter et chérir cette personne qu'il découvre pour la développer et l'enrichir. Elle doit permettre au client de réaliser d'abord qu'un autre être humain est capable de le comprendre sans à priori, il peut se dire que ce qu'il ressent n'est peut-être pas aussi étrange, aussi monstrueux et énorme qu'il l'imaginait. Peu à peu le client s'enhardit à exprimer ses sentiments, même ceux qui lui paraissent singuliers, honteux ou terrifiants. Il entrevoit la possibilité d'accepter, d'aimer éventuellement cet être imparfait qu'il est, puisque même quand il se montre sans masque, il n'est pas jugé, ni rejeté mais reconnu comme une personne digne de respect. Il peut finalement renoncer à cette vision qu'il avait de lui-même et qui le rendait inacceptable à ses propres yeux et étranger au genre humain. Puisque ce qu'il est a une signification pour l'autre il peut donc essayer d'être pleinement lui-même, reconnaître ses expériences comme lui appartenant en propre et envisager de vivre d'après ses propres normes. Il peut sortir de son isolement, rompre sa dépendance et établir des relations sur un mode plus adulte et plus responsable. 

Il est évident qu'une relation susceptible de créer de tels changements chez le client engage profondément la personne du thérapeute. Il doit ajuster perpétuellement sa sensibilité à celle du client par une démarche tâtonnante qui procède par essais et erreurs jusqu'à ce qu'il saisisse ce que le client veut dire. Il est impossible pour lui de garder une position neutre, de se retrancher derrière sa professionnalisé. Il ne doit pas par ailleurs adhérer aux émotions du client au point de perdre ses propres repères, ce qui équivaudrait à une identification. Il doit se sentir assez fort pour rester indépendant vis à vis de son client, pour ne pas être déprimé par sa dépression, angoissé par son angoisse, englouti par sa demande d'aide. Il doit surtout admettre que son client se développe suivant ses propres normes et ne pas céder à la tentation de se proposer comme modèle. Le thérapeute ne peut préserver son intégrité et en même temps engager sa subjectivité que s'il est conscient des modalités de son propre processus d'évolution. Il ne peut pas développer une qualité d'écoute à l'égard de l'autre s'il n'est pas attentif à lui-même. Il ne peut pas accepter l'autre avec ses sentiments, ses croyances et ses attitudes s'il ne reconnaît pas ce qu'il est réellement lui-même à tout instant. 

La qualité d'être qui consiste à rester à l'écoute de soi-même de façon permanente et de tendre à réaliser un accord entre les sentiments qu'on éprouve, l'attitude qu'on adopte et la conscience que l'on a de ces phénomènes est appelé par Rogers "congruence". Cette authenticité dans les rapports avec soi-même est favorable au changement et à l'évolution aussi bien du thérapeute que du client. Elle est perçue par le client comme sécurisante et aidante. En somme c'est lorsque le thérapeute renonce à se référer à un système éthique ou intellectuel quelconque, à proposer un modèle, une norme, une conduite déterminée, c'est lorsqu'il se fie à sa propre expérience et lorsqu'il adhère le plus étroitement à la réalité de cette expérience qu'il est le plus efficace. C'est ainsi qu'il permet au client de trouver à ses problèmes ses propres solutions, à découvrir ses propres lignes de force. C'est ainsi qu'il l'aide à mettre en marche la dynamique de son développement psychique spécifique et à devenir une personne indépendante et responsable. En d'autres termes, la faculté d'aider un autre à se développer est, indépendamment de toute orientation théorique, à la mesure du développement que l'on a atteint soi-même.